Café Transition du 1er Mars

Le café Transition de mercredi dernier s’est déroulé en terrasse !
En voici le compte-rendu ainsi que les perspectives pour la prochaine réunion dont nous fixerons la date prochainement.

Compte-rendu

Cette réunion fût la première sans Jérôme (qui nous quitte pour dautres cieux) en tant que coordinateur
Comme prévu, chacun des membres présents a d’abord exprimé un ou plusieurs désirs, réalistes ou utopiques, pour lannée qui commence. 
Nous vous invitons vivement à les lire ci-dessous pour nous faire savoir si un ou plusieurs d’entre-eux vous parlent et si vous seriez prêts à nous rejoindre à la prochaine réunion pour les faire évoluer : Lire la suite

Apportons nos « désirs » au Café-Transition !

hipp_hipp_hurra

Un des principes fondateurs de Villes en Transition n’est-il pas d’associer à la résilience la création d’outils produisant de la joie partagée ?!

Alors pour lancer joyeusement notre prochaine réunion, et de la façon la plus ouverte possible,

nous proposons à chacun d’apporter UN (ou plusieurs) DÉSIR.

Et peu importe que ce désir soit barge (un méga-jardin partagé à la place du parking !), grandiosissime (un festival INTERNATIONAL !) ou totalement  modeste (un apéro-fléchettes hebdomadaire).

Seul critère : que ça implique la présence d’autres humains et que ça se passe à Céret.
Assumons donc d’être provocateurs ou naïfs (même si les propositions « sérieuses » seront également les bienvenues).

Tous ces désirs superposés, hétérogènes et spontanés, sérieux ou farfelus, seront notre boussole pour orienter la suite.

Rendez-vous Mercredi 1er Mars à 18h
au Bar Le Pablo à Céret !

Café Transition + Repas partagé et fête de départ

Newsletter du 3/02/2017

Bonjour chers transitionneuses et transitionneurs,

L’AG de l’association prévoyait la tenue d’un Café Transition pour recenser et peut-être relancer les activités pour l’année à venir.
L’idée nous est donc venue d’organiser conjointement 3 événements en 1 :

Vendredi 10 Février, au mas de Nogarède,

  • de 18h à 19h30 – Café Transition 
  • de 19h30 à 22h – Repas partagé et pot-de-départ/anniversaire de Jérôme T, co-fondateur de l’association en 2013, qui s’en va en Ariège pour de nouvelles aventures !

tn_p1200317Ce moment sera donc une belle occasion, en plus d’un au-revoir, de créer du lien entre nombre de personnes rencontrées de-ci de-là, qui auront à l’évidence des tas de points communs à explorer.

Venez donc célébrer avec nous, en amenant couverts, assiettes, jeux et spécialités culinaires à partager.
C’est un événement où chacun est invité à l’enthousiasme et la joie du partage et de l’auto-gestion.

Merci de nous signaler par retour mail, ou sms 06 81 56 00 12, si vous êtes sûr-e de venir; cela nous aidera à nous organiser.

Au plaisir de nos échanges !

_dsc1054

Compte rendu du 1er Café Philo

cafe philoNotre premier Café-Philo a eu lieu sur le thème :

« Pourquoi travaille-t-on ? »

Voici les grandes lignes de ce qui sest passé :

Deux points de vue se sont assez vite dessinés autour du mot « travail ». Pour les uns, c’est le travail salarié qui s’est imposé dans sa connotation négative (« Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front ») : tâches pénibles qu’impose cette société matérialiste pour alimenter la surconsommation chronique. Pour eux, la « Fin du Travail », telle que l’annoncent certains économistes serait donc une bonne chose, peut-être même trop lente à venir.

Les autres ont pris le mot « travail » dans un sens plus global :  c’est aussi bien le travail d’enfantement que le travail artistique, le travail social ou politique, le travail sur un instrument de musique, le travail psychothérapeutique, le travail de deuil, le jardin-potager, le travail du rêve, et bien sûr… le Café-Philo ! 

Pour ceux-là, le travail reste ontologiquement lié à l’humain. Même s’il n’y est pas obligé, l’homme s’inventera tôt ou tard un objectif demandant un effort. Il le fera parce que c’est dans le travail qu’il sait trouver du sens, de la relation, de la solidarité, de la reconnaissance, un support à sa créativité et son évolution personnelle, et que son cerveau produira même en prime, suite à l’effort fourni, de la dopamine et de la sérotonine, les neurotransmetteurs du sentiment de bien-être.

On tombe quand même d’accord sur l’essentiel !

Les deux chapelles sont néanmoins tombées d’accord sur le fait qu’à l’époque d’un capitalisme financier débridé, les conditions dans lesquelles a lieu le travail se dégradent rapidement et qu’il devient urgent d’en inventer de nouvelles. Ce changement devant probablement passer par un travail culturel de formulation et d’expansion de valeurs nouvelles dans la mentalité collective, une autre conception du monde qui n’atteindra sa plénitude qu’à moyen ou long terme.

Café-Philo : une petite graine ?

Il fut même prudemment esquissé que, de même que dans les « Nuits-debout » des citoyens se réunissent un peu partout pour s’exprimer librement et se rêver un avenir, notre Café-Philo pourrait être une petite graine à planter pour ne pas rester passif devant les bouleversements socio-économiques qui s’approchent à grands pas pour le meilleur ou pour le pire… D’une façon ou d’une autre, étant contemporains de ces bouleversements, aucun sujet n’y serait complètement étranger, que ça soit l’humour, l’amour, l’auto-transformation, l’art, le travail ou la nostalgie…

François F.